physique

La physique est la science mathématique qui tente de comprendre, de modéliser, voire d’expliquer les phénomènes physiques du monde (de l’univers). Elle correspond à l’étude du monde extérieur, des lois de sa variation et de son évolution. La modélisation des systèmes laisse de côté les processus chimiques et biologiques. La physique développe des représentations du monde vérifiables, applicables et appliquées dans un domaine de définition donné. La physique produit donc plusieurs lectures du monde, chacune n’étant considérée comme vraie que jusqu’à un certain point. La physique telle que conceptualisée par Isaac Newton, considérée comme le modèle absolu et aujourd’hui désignée comme la physique classique, n’arrivait pas à expliquer des phénomènes physiques comme, par exemple, le rayonnement du corps noir (catastrophe ultraviolette) ou les anomalies de l’orbite de la planète Mercure, ce qui posait un réel problème aux physiciens. Les tentatives effectuées pour comprendre et modéliser les phénomènes nouveaux auxquels on accédait à la fin du XIXe siècle révisèrent en profondeur le modèle newtonien pour donner naissance à deux nouveaux ensembles de théories physiques. Il existe donc trois ensembles de théories physiques établies, chacune valide dans le domaine d’applications qui lui est propre :
  • La physique classique (monde des milieux solides, liquides et gazeux), toujours d’actualité, c’est elle qui s’applique, par exemple, à la construction des routes, des ponts et des avions. Elle utilise les anciennes notions de temps, d’espace, de matière et d’énergie telles que définies par Isaac Newton ;
  • La physique quantique (monde microscopique des particules et des champs) qui s’applique, par exemple, à la technologie utilisée pour la production des composants électroniques (la diode à effet tunnel par exemple), la construction des lecteurs de DVD et aux LASER. Elle se fonde sur de nouvelles définitions de l’énergie et de la matière mais conserve les anciennes notions de temps et d’espace de la physique classique, ces deux dernières étant contredites par la relativité générale. La physique quantique n’a jamais été prise en défaut à ce jour ;
  • La relativité générale (monde macroscopique des planètes, des trous noirs et de la gravité) qui s’applique, par exemple, à la mise au point et au traitement de l’information nécessaire au fonctionnement des systèmes GPS. Elle se fonde sur de nouvelles définitions du temps et de l’espace mais conserve les anciennes notions d’énergie et de matière de la physique classique, ces deux dernières étant contredites par la physique quantique. La relativité générale n’a jamais été prise en défaut à ce jour.
Il se trouve qu’il n’y a pas de situation physique courante ou ces deux dernières théories s’appliquent en même temps. La relativité s’applique au monde macroscopique et la physique quantique au monde microscopique. Le problème actuel de la recherche en physique fondamentale est donc de tenter d’unifier ces deux dernières théories (voir Gravité quantique).
Les divisions anciennes en mécaniquecaloriqueacoustiqueoptiqueélectricitémagnétisme sont complétées ou remplacées par :
La physique classique est fondée sur des théories antérieures à la relativité et aux quanta. Elle s’applique lorsque :
La physique est née avec les expériences répétées de Galilée qui n’accepte, au-delà des principes et des conventions issus des schémas mathématiques, que des résultatsmesurables et reproductibles par l’expérience. La méthode choisie permet de confirmer ou d’infirmer les hypothèses fondées sur une théorie donnée. Elle décrit de façon quantitative et modélise les êtres fondamentaux présents dans l’univers, cherche à décrire le mouvement par les forces qui s’y exercent et leurs effets. Elle développe desthéories en utilisant l’outil des mathématiques pour décrire et prévoir l’évolution de systèmes.
Le mot physique a une longue histoire, il provient de φυσικη, formée sur l’étymon grec φυσις, la nature. La physika ou physica gréco-romaine est étymologiquement ce qui se rapporte à la nature ou précisément le savoir harmonieux et cyclique sur la nature dénommée φυσις. Dans un sens général et ancien, la physique désigne la connaissance de la nature qui se perpétue en restant essentiellement la même avec le retour des saisons ou des générations vivantes ; c’est le sens de René Descartes et de ses élèves Jacques Rohault et Régis1. Elle correspond alors aux sciences naturelles ou encore à la philosophie naturelle. La signification de cette physique ancienne ne convient plus aux actuelles sciences exactes que sont la physique, la chimie et la biologie, cette dernière étant la plus tardive héritière directe des sciences naturelles2.


physique



from blogger http://ift.tt/1xsPK2Z
via dzbac IFTTT

mathématiques

Les mathématiques sont un ensemble de connaissances abstraites résultant de raisonnements logiques appliqués à divers objets tels que les nombres, les figures, les structures et les transformations. Les mathématiques sont aussi le domaine de recherche développant ces connaissances, ainsi que la discipline qui les enseigne.
Elles possède plusieurs branches telles que : l’arithmétiquel’algèbre, la géométrie, la logique, les mathématiques puresappliquées, etc.
Les mathématiques se distinguent des autres sciences par un rapport particulier[Lequel ?] au réel. Elles sont de nature entièrement intellectuelle, étant fondées sur des axiomes déclarés vrais (c’est-à-dire que les axiomes ne sont pas soumis à l’expérience, même s’ils en sont souvent inspirés) ou sur des postulats provisoirement admis. Un énoncé mathématique – dénommé généralement, après être validé,théorème, proposition, lemme, fait, scholie ou corollaire – est considéré comme valide lorsque le discours formel qui établit sa véritérespecte une certaine structure rationnelle appelée démonstration, ou raisonnement logico-déductif. Un énoncé présenté comme plausible, mais qui n’a pas encore été établi comme vrai (“démontré”, en langage utilisé par les mathématiciens), s’appelle uneconjecture.


mathématiques



from blogger http://ift.tt/1n0E5VQ
via dzbac IFTTT